Les 10 questions de l'Uléa pour le Comité de Suivi Réforme des Rythmes - 30 mars 2015- Alfortville

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les propositions c'est fini, c'est le temps des questions : les 10 questions de l'Uléa pour le Comité, pour les animateurs, pour les enseignants, pour les parents, pour les associations, pour toute la communauté éducative.

Répondez-nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., sur Yammer (demander une invitation), sur notre page Facebook! Réponses au prochain Comité de Suivi du 1er juin 2015!

(aussi en format PDF en bas de page)

 

Les 10 Questions


 

L'aménagement des temps scolaires et périscolaires à Alfortville connaît des réussites, mais aussi des défaillances, pourquoi choisir de ne pas les détailler concrètement ici? Par nécessité du recul, de la différenciation entre le «perçu» et le «rendu objectif» et surtout parce ces difficultés sont à remonter par tous les acteurs aux institutions et responsables concernés et dans les instances légitimes, dont le conseil d'école.

Q1: Que nous disent les récents travaux /enquêtes nationaux (liste de liens en fin de document)?

Le Comité de Suivi National relève «l'attention soutenue des élèves le matin, appréciée des enseignants, l'attention des élèves plus fugitive (énervement, fatigue) l’après-midi, notamment en maternelle (temps de sieste tronqués et transitions brutales), les difficultés de recrutement de personnels qualifiés par les collectivités territoriales, la qualité des activités très variables.» Janvier 2015, Rapport d'activités.

 

Du côté des enseignants (Février 2015, Contre-rapport Snuipp, 16764 réponses): «74% estiment que les difficultés liées au temps périscolaire impactent négativement le temps scolaire (fonctionnement de l’école, baisse de l'attention sur le temps de classe et fatigue des élèves). C’est en maternelle que les critiques sont les plus vives : organisation chaotique de la journée, difficulté pour les élèves à identifier les différents temps morcelant la journée, temps de repos et de sieste insuffisants ou tronqués, allongement du temps passé en collectivité avec des effectifs trop lourds. Seuls 9% des enseignants constatent un effet bénéfique sur les apprentissages.

En second lieu, le jugement est aussi sévère sur les conditions de vie professionnelle et personnelle. 68% notent une dégradation de leurs conditions de travail (travail en équipe).

Si certaines des organisations donnent satisfaction, d’autres, nombreuses, sont clairement défaillantes.»

Lors des comités alfortvillais de pilotage de 2013 et 2014, nous insistions sur un aménagement qui "mise sur la qualité de vie professionnelle des animateurs et des enseignants, essentielle pour l'investissement dans la construction de parcours éducatifs adaptés aux enfants.

 

Du côté des parents (Mars 2015, Comité de suivi des aménagements des rythmes éducatifs de Paris, FCPE75, 1230 réponses):

« Les parents d'élémentaire veulent de l'info sur le contenu, en maternelle la demande est plus forte en général. Le dispositif s'est beaucoup amélioré mais restent des sujets problématiques. Manque de cohérence éducative entre tous les temps périscolaires, manque de formation de certains intervenants, langage inapproprié, défaut de surveillance sur tous les temps périscolaires. Les enfants d'élémentaire sont très majoritairement satisfaits. Équipes plus stables qu'auparavant. En maternelle les parents considèrent que cela s'apparente encore trop à de la garderie. Ils réclament du sommeil pour leurs enfants. La maternelle reste le maillon faible malgré les efforts. Où en sont les formations , où en est-on sur l'articulation des temps périscolaires?

La Ville nous avait parlé d'une refonte, d'un réagencement des temps après l'école?»


La majorité des difficultés relayées par ces compte-rendus sont aussi les nôtres.

L'Uléa ne peut pas être le canal des remontées des parents alfortvillais, nous les invitons à échanger, à comprendre. Les remontées peuvent être faites soit à titre personnel, soit à travers les Représentants des Parents d'élèves lors des conseils d'école. Les interlocuteurs sont les responsables de sites (Ligue94), les référents Éducation, la Mairie.

Pour les questions concernant le temps scolaire, l'Académie est aussi un interlocuteur.

=>« Nous sommes dans un contexte de réforme contestée qui affecte les représentations, des professions bouleversées, des professionnels encore démunis face à l’ampleur de la tâche». (Cabinet ICC).

Q2: Comment améliorer une conséquence de la réforme (les NAP) lorsque le fait principal nous échappe (impact sur la réussite scolaire, sur l'épanouissement, sur la fatigue des enfants)?

La question a été posée lors du Comité de décembre par M. Rouillard, directeur Maternelle Barbusse, l'Académie de Créteil a institué une commission départementale sur l'impact de la réforme, nous pourrions avoir des retours sur leurs travaux.

La réflexion serait vaine si nous n'avons pas un peu de « rassurance » sur l'objectif premier de la réforme, améliorer la réussite scolaire.

Sans compter que cette évaluation peut prendre des années, vu sa complexité méthodologique.

 

Q3: Si la recommandation est d'avancer vers une logique partenariale et une gestion plus fine et micro-locale des aménagements, comment faire débattre et diffuser les bonnes pratiques? Comment formaliser la coopération entre acteurs?

Rapport d'évaluation Paris- Cabinet ICC : "il faut de nouvelles pratiques, une articulation avec les projets d’écoles et mettre au cœur du projet la cohérence entre le scolaire et l’éducatif. Il importe encore de développer des pratiques participatives, y compris avec les enfants, en permettant des expérimentations dans les écoles volontaires qui ont un projet."

Comité de suivi de Paris, mars 2015, M. Dechambre DASEN, Académie de Paris : "Il faut travailler sur la cohérence des temps éducatifs, les échanges entre équipes ont été fructueux. Il faut mieux articuler les temps d'apprentissage."

Comment diffuser les suggestions des Référents Éducation Nationale pour information ou débat, notamment sur les contenus des NAP? Quels sont les ressorts des Référents, des enseignants, des animateurs qui veulent donner leur avis sur les contenus, sur les aménagements? Quels sont les ressorts des Responsables de site qui qui ont besoin de ressources ou veulent arrêter un atelier qui dysfonctionne?

L'articulation avec le Projet d’École: où en est-on? Ce point est avancé dans tous les documents concernant les NAP (Cahier des charges, Fiche de poste des référents éducation et vraisemblablement le PEDT, dont la lecture est attendue).

Un exemple : lorsque des écoles maternelles vont vers les aménagements suivants; comment débattre et diffuser cela?

- la suppression des parcours Paysages du Monde et Autour de mon Corps qui pourraient ne pas être adaptés à l'âge des enfants.

- 1 parcours réalisé en continu sur 3/4 semaines (donc les 2 jours de NAP de la semaine)

- la recommandation aux animateurs de mener une activité avec la moitié des 14 élèves du groupe pendant que l'autre moitié s'occupe de manière autonome, permettant ainsi une activité plus intéressante par petit groupe (enrichir lors des NAP les coins-jeux en autonomie)

- l'invention des contenus des NAP lors de la dernière période par l'équipe pédagogique de l'école (avant les vacances d'été).

Q4: Quelles sont les ressources et l'aide qu'on peut apporter aux NAP des écoles maternelles, unanimement reconnues par tous les rapports cités comme le point le plus critique?

Comité de suivi Paris, mars 2015, Direction des Affaires Scolaires : "A Paris, 2 éducatrices jeunes enfants chargées de mission depuis avril 2014 interviennent sur 4 arrondissements et sur les niveaux de maternelle allant de TPS à la Moyenne section. Elles viennent en appui aux équipes in situ (posture, compétence professionnelle, adaptation des contenus pédagogiques des ateliers, respect du rythme physiologique des enfants)"

L'Uléa réitère la nécessaire prise en compte de la spécificité de la maternelle, celle-ci pâtit encore plus fortement d'un manque de formation des animateurs et de la moindre présence des activités associatives.

Q5: Malgré le contexte, comment "ne pas perdre la construction", réflexion volée à M. Thévenet lors du Comité restreint d’évaluation?

Un exemple , celui du comité restreint d'évaluation des NAP qui a réuni tous les acteurs.

Même si les 3 parents de ce comité ont par 2 fois émis longuement des contributions ainsi que des réserves sur la méthodologie et l'adhésion de la communauté aux résultats d'une telle évaluation (avec notamment la demande d'un œil extérieur sur cette évaluation), le comité a su aboutir à un consensus intéressant; cela ne peut pas être une évaluation mais bien un bilan/constat des NAP.

L'implication des acteurs sollicités lors des séances d'observation programmées participe à la construction et pourrait ainsi constituer une formalisation de la coopération.

Les 3 parents (Stéphanie Benoît, Vincent Diot et Mireille Motte) souhaitent que cet exercice soit porté et réalisé avec enthousiasme, nous avons été conquis par le réel dialogue et l'entente qui ont prévalu lors de la 3ème réunion du 5 mars et sommes à la disposition des futurs observateurs.

Q6: Lorsque l'objectif d'une collectivité est de favoriser l'égalité d'accès aux activités périscolaires, faut-il, comme cela est recommandé par le Cabinet ICC à la ville de Paris, donner plus de moyens aux écoles qui sont/seront en éducation prioritaire : animateurs plus expérimentés, ateliers plus intéressants, matériel, attention particulière donc pilotage particulier? Comment corriger les inégalités structurelles?

Car "Au fond, pour donner la même chose à tous, il ne suffit pas de donner les mêmes moyens à tous".

Q7: Au vu de la grande importance de la relation directeur/responsable de site/ressources du territoire sur la réussite des NAP, quel est l'impact pour les écoles sans référent Éducation Nationale (Lapierre et Franceschi qui de plus, entrent en Réseau Éducation Prioritaire en 2015)?

Rapport Cabinet ICC: "Certains directeurs d’école, même lorsqu’ils sont en désaccord avec la réforme, travaillent étroitement avec le REV (référent éducation) ; d’autres sont en retrait, ne s’entretiennent pas avec les animateurs, ne cherchent nullement à fluidifier leurs relations avec les enseignants, voire, expriment clairement leur hostilité. Nous préconisons de renforcer la coopération entre le REV et le directeur d’école et entre les équipes enseignantes et les animateurs".

L'existence du binôme Référent Éducation/Responsable de site est un point de satisfaction avancé avec raison par les Affaires Scolaires de la ville.

Q8: Le retour des 15% d'enfants bénéficiant des activités associatives (et autres intervenants que la Ligue94) est très satisfaisant, comment aller plus loin?

«La réforme des rythmes éducatifs impacte l’ensemble des politiques publiques, et pas seulement dans le champ de l’éducation. En effet, elle questionne la complémentarité entre les acteurs, la visibilité des associations, la dynamique territoriale ou, encore, l’articulation entre l’école et son environnement.» Consultants ICC-Véres-Injep.

Le taux d'intervention associative devient un indicateur de qualité pour les évaluateurs.

Q9: Pour rebondir sur la dynamique territoriale, quelles peuvent être les initiatives des associations locales?

Leurs réponses seront intéressantes dans les années à venir, souhaitons qu'elles soient nombreuses, qu'elles permettent une adhésion forte à des valeurs transversales, qu'elles soient créatives et faites en concertation avec les enfants. «Il est temps de sortir de la logique d'empilement des temps de l'enfant vers des logiques de renforcement réciproque » des différents temps scolaires/périscolaires/familiaux. (Cabinet ICC).

Très encourageant: une initiative d'atelier sur le sommeil et la nutrition des enfants et adolescents se déroulera le jeudi 9 avril à 19h30 à l'école élémentaire Octobre. Cet atelier permettra aux parents de mieux comprendre l'importance des rythmes éveil-sommeil et du petit-déjeuner. Tous les acteurs peuvent aider à la réussite de tels ateliers, qui sont gratuits et ouverts à tout le monde. On fera une captation et un retour sur le site de l'Uléa.

Q10: Au vu des difficultés structurelles, notamment la difficulté à stabiliser et recruter des animateurs, impossible de ne pas mentionner la remise à plat de l'aménagement actuel des temps, quel débat est possible autour des aménagements permis par le décret Hamon?

Monsieur le Maire nous avait assuré que l'aménagement choisi pouvait évoluer, qu'est ce qui se fait ailleurs?

13% des écoles fonctionnent déjà avec 8 demi-journées d'enseignement malgré l'arrivée tardive du décret Hamon le permettant. Parmi elles, la moitié n'a pas choisi de libérer le vendredi après-midi mais 1 des autres après-midis.

Avoir 5 matinées de 3H30 et 3 après-midis de 2h10 d'enseignement, et un seul après-midi consacré à un parcours éducatif de 2h10: cet aménagement ne permet-il d'avoir des jours réguliers, de réduire les transitions critiques en maternelle, de soulager les difficultés de recrutement et de stabilisation des équipes d'animateurs, de réduire la difficulté logistique et le coût pour la communauté?

C'est le choix de quelques communes à la rentrée 2014 (Gennevilliers, Île-Saint-Denis), d'autres le préparent pour la rentrée 2015 tels que le Mans Métropole, Laon, en abandonnant leur aménagement actuel.

 

Merci à la communauté éducative pour ces contributions lors des commissions de l'Uléa et sous Yammer.

Merci de votre attention!

Pour lire nos précédentes interventions, c'est ici!

 

 

Ressources :

Comité de Suivi Aménagement des Rythmes Éducatifs à Paris - Compte-rendu de la FCPE (10 mars 2015, 4 pages + réponses questionnaire parents FCPE)

http://bit.ly/1MfrJao

Contre-rapport Enquête Rythmes scolaires SNUIPP, syndicat enseignant (février 2015)
http://bit.ly/1998ai3 

Rapport d'activités Comité de Suivi National de la réforme des rythmes scolaires (janvier 2015, 9 pages)
http://bit.ly/1xmySiD


Autres liens pour les rapports et textes réglementaires :


Mission d’Évaluation Aménagement Rythmes Éducatifs à Paris - Inter Consultants Chercheurs, Vérès Consultants, Injep (30 juin 2014)

http://ulea.fr/nos-actions/m-comite-de-suivi-reforme/m-documents-ressources.html
 

Réforme des rythmes éducatifs à Paris, les leçons d'une évaluation : interview de Cécile Delesalle (Vérès Consultants), Fabienne Messica (ICC), Gérard Marquié (INJEP)

http://www.injep.fr/Reforme-des-rythmes-educatifs-a

Dessin de Charb, dessinateur pour les Cahiers Pédagogiques et Mon Quotidien

Pièce(s) jointe(s):
FichierDescriptionTaille du fichierCréé
Télécharger ce fichier (cr-3-commissions-contenu-nap -2014-2015.pdf)cr-3-commissions-contenu-nap -2014-2015.pdf 77 KoDim/Nov/201518:46

Nous contacter

Union Locale pour les Écoles d’Alfortville

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.ulea.fr

Nous rejoindre sur Yammer

Top